Provence, Toulon, acoustique musicale, orgue, André Campra, Franz Liszt, Adolphe Guiol, Frédéric Jungk, Antonius Arena, Meygra Entrepriza, Félibrige, félibre

Provence

Les noms anciens des îles de Lérins


AMANN, Dominique
Onomastique des îles de Lérins (Alpes-Maritimes)
Toulon, La Maurinière éditions numériques, décembre 2013, 53 pages.
ISBN 979-10-92535-01-3

De la légende à l'histoire... ou de l'île « Auriane » à Lero et Lerina.

Une étude précise des textes de l'Antiquité permet à l'auteur de prouver que notre île Sainte-Marguerite s'appelait autrefois Lerina et que Saint-Honorat avait pour nom Lero... contrairement à ce qui est souvent affirmé aujourd'hui !

Télécharger le PDF


L'origine du mot « félibre »


AMANN, Dominique
L'Origine du mot « félibre »
Toulon, La Maurinière éditions numériques, novembre 2014, 85 pages.
ISBN 979-10-92535-03-7

Onze étymologies ont été proposées pour tenter de rendre compte de l'origine du mot « félibre »...

Publié en hommage au Félibrige, à l'occasion de la Commémoration nationale du centenaire de la mort de Frédéric Mistral.

Télécharger le PDF


Onomastique provençale : Saint-Mandrier-sur-Mer (Var)


AMANN, Dominique
Onomastique provençale. Saint-Mandrier-sur-Mer
Toulon, La Maurinière éditions numériques, mars 2015, 61 pages.
ISBN 979-10-92535-04-4

La presqu'île de Saint-Mandrier referme au sud la rade de Toulon.
Mais d'où provient le nom « Mandrier » ?... Une recherche étymo-logique très poussée apporte des éléments de réponse.

Télécharger le PDF


Coupo... ou Coupo santo ?


AMANN, Dominique
Coupo... ou Coupo santo ?
Toulon, La Maurinière éditions numériques, janvier 2018, 15 pages.
ISBN 979-10-92535-07-5

La coupe en argent offerte en 1867 par les poètes catalans aux félibres provençaux peut-elle être dite "sainte" : Coupo santo ?

Télécharger le PDF (297 ko)


Antonius Arena : Meygra Entrepriza

ARENA, Antonius

Meygra Entrepriza (1537)

Introduction, étude historique et littéraire, texte latin établi, traduit et annoté par Dominique AMANN. Version provençale de Frédéric MISTRAL.

Toulon, La Maurinière éditions numériques, août 2019, 679 pages.
ISBN 979-10-92535-08-2

Antonius Arena est généralement considéré comme le premier écrivain macaronique de France et son grand poème la Meygra Entrepriza achevé en 1537 est le plus long texte écrit par un Français dans ce genre littéraire. Malgré cela, la vie d’Anthoine Arène est encore aujourd’hui très mal connue car aux sources authentiques qui font cruellement défaut ont été substituées des légendes ou des affirmations sans fondement ; et, bien que fourmillant de précisions inédites, son poème est ignoré des historiens pour n’avoir jamais été traduit en français.
Originaire du Var, Antòni Areno est un Provençal : né dans la petite seigneurie de Solliès proche de Toulon, il a étudié à Avignon et à Toulouse avant de faire carrière à Aix puis à Saint-Rémy-de-Provence et il a été redécouvert par les premiers félibres dans les années dix-huit cent soixante.
Sa Meygra Entrepriza est un poème à la gloire de sa Provence natale et Frédéric Mistral, qui avait bien perçu le caractère provincial de l’œuvre, en a donné une paraphrase en vers provençaux, la confirmant ainsi dans son aire linguistique naturelle, travail considérable qui rappelle que le Maître de Maillane était lui aussi un remarquable latiniste.
 
Cette première édition française de la Meygra Entrepriza se devait de faire mieux connaître le poète en tirant de l’oubli des textes peu connus voire inédits et de valoriser sa langue provençale en la décortiquant de son enrobage latin.
Il convenait également, par la publication simultanée des deux textes, de souligner la remarquable identité de pensée entre Anthoine Arène et Frédéric Mistral à quelques siècles de distance : tous deux sont des juristes formés à l’Université, des latinistes férus de lettres classiques, des poètes inspirés ; tous deux sont aussi des provençaux fiers de leurs origines, attachés à leur terroir, à ses coutumes et ses traditions, souhaitant son autonomie sans toutefois rejeter la grande patrie française ; tous deux, enfin, ont voulu développer ou restaurer leur dialecte pour en faire une langue véritablement littéraire. Il était donc naturel que Frédéric Mistral rejoignît son devancier Antonius Arena et portât le même intérêt à un événement historique au cours duquel le peuple provençal résista héroïquement à une tentative d’annexion et de dépeçage qui aurait anéanti son identité.
La Meygra Entrepriza est un hymne provençal à la gloire du pays et de ses habitants : sous ses différentes formes ici publiées — latine, provençale ou française — elle exprime, au travers des siècles, le sentiment universel et indestructible de l’amour du pays natal et de l’attachement à la terre des ancêtres, le besoin d’un parler identitaire et d’une culture régionale… mais aussi des préoccupations politiques d’entente entre des peuples et des nations animés d’une Foi commune.

Télécharger le PDF (2,58 Mo)


Carmen de beata Maria Magdalena


TRARQUE, François
Carmen de beata Maria Magdalena, édition critique par Dominique AMANN
Toulon, La Maurinière éditions numériques, septembre 2019, 47 pages.
ISBN 
979-10-92535-09-9

Le célèbre poète italien Francesco Petrarca a composé un joli petit Carmen en l'honneur de Marie-Madeleine, la pénitente de la grotte de la Sainte-Baume (Var).

Dominique Amann en propose ici la première édition critique.

Télécharger le PDF (469 ko)


Antonius Arena : SEnsuyuent les cites


ARENA, Antonius
SEnsuyuent les cites villes et chasteaulx... (1537)
Introduction, texte original établi, traduit et annoté par Dominique AMANN.
Toulon, La Maurinière éditions numériques, mars 2020, 133 pages.
ISBN 979-10-92535-10-5

Mis à la suite de sa Meygra Entrepriza, dont la première traduction française est publiée sur ce site Internet, ce second texte d'Antonius Arena, tout aussi inédit, présente un double intérêt :
— historique, car il établit l’administration de la Provence, divisée en vigueries et baillages ;
— linguistique car, hormis le très long titre français, il est écrit en langue provençale.

Le petit glossaire provençal, publié après le texte d'Arena, en s'ajoutant au glossaire plus important publié à la suite de sa Meygra Entrepriza, offre les matériaux pour un dictionnaire de la langue provençale de 1537, dont Arena paraît être le premier écrivain.

Télécharger le PDF (573 ko)